soins aux nouveaux nés

 

La chaleur:

Les nouveaux nés sont très sensibles au froid. Dès qu'ils manquent de chaleur, ils ralentissent leurs mouvements et deviennent incapables de téter. En dessous de 34°, un chiot ne peut plus digérer. La température des chiots est inférieure de 3° à celle qu'il auront quelques semaines plus tard (35°5 au lieu de 38°5). La meilleure alternative pour maintenir une bonne température de l'environnement immédiat des chiots reste la lampe infrarouge. Réglable en hauteur, et si vous avez fabriqué le portique au dessus de la caisse, vous pourrez à n'importe quel moment déplacer, rapprocher ou éloigner la source de chaleur des petits. Ce qui leur assurera les bonnes conditions de chaleur quelque soit la situation.

L'énergie:

L'allaitement naturel.

Il est important que les chiots se mettent à téter rapidement après leur naissance.

Le premier lait (le colostrum) apporte en effet des éléments indispensables à la défense de l'organisme du chiot contre les microbes. Le réflexe de succion (de tétée) et donc l'appétit est un signe de bonne santé chez le chiot nouveau-né.

Il ne faut pas hésiter à aider le chiot à trouver la tétine de la mère.

Si la portée est très importante, il faudra allaiter les chiots avec du lait maternisé pour chiens.

Il faut donner un maximum de repas par jours, jusqu'à 12 repas la première semaine.

Le colostrum:

• Le premier lait, appelé colostrum, est sécrété par la mère les deux premiers jours suivant la mise bas. Il n'a ni l'aspect, ni la composition du lait classique. Il est jaunâtre et translucide.

Le colostrum est beaucoup plus riche en protéines que le lait : outre ses vertus nutritives, il permet de stimuler la première défécation des chiots et leur apporte 95 % des anticorps nécessaires à leur protection contre les infections. La mère transmet ainsi passivement par ce biais sa "mémoire immunitaire" à ses chiots pour une période de cinq à sept semaines en attendant qu'ils soient à leur tour capables de se défendre activement contre les agressions infectieuses.

Les chiots seront capables d'absorber ces "défenses maternelles" pendant une période n'excédant pas 48 heures après la naissance. Passé ce délai, ces anticorps seraient détruits par l'estomac avant leur absorption et perdraient donc toute leur efficacité. Ces chiots ne seraient alors protégés que par les anticorps ayant traversé la barrière placentaire pendant la gestation (pas plus de 5 %).

Le colostrum est remplacé en quelques jours par du lait.

La lactation dure en moyenne six semaines après la mise bas avec un pic de production maximale vers trois semaines.

Très souvent les chiots perdent un petit peu de poids au cours des 24 premières heures. Ensuite ils doivent prendre du poids quotidiennement. Si la prise de poids n'est pas suffisante, si l'un des chiots, ou plusieurs, venaient à stagner, il ne faut pas hésiter à compléter la ration quotidienne en donnant des biberons de lait maternisé de chienne. Il est impératif de peser les chiots une fois par jour à heure régulière afin de contrôler leur bon développement.

(Une balance est indispensable la première quinzaine après la mise bas.)

La quantité de lait peut être trop faible ou la qualité peut faire défaut. D'autres causes peuvent être responsables d'une stagnation d'une portée. Des chiots peuvent déclarer une allergie au lait de leur mère. La portée peut être très nombreuse. Une mamelle peut s'engorger et provoquer un accès de fièvre chez la chienne si aucun traitement n'est entrepris. La fièvre provoquant alors un arrêt de la production de lait.

Les mamelles doivent rester souples, n'hésitez pas à le vérifier régulièrement, surtout les mamelles postérieures. Ce sont celles qui produisent le plus et qui sont le plus grosses. Si l'une d'elles devient dure, commencer par la masser et essayer de faire sortir le lait. Mais s'il n'est pas possible de la désengorger, il faudra rapidement donner des antibiotiques (voir avec le vétérinaire) à la mère pour éviter la fièvre et faire des compresses froides sur la mamelle pour faire diminuer sa production de lait. Elle va alors se tarir et ne produira plus de lait pour cette portée.

L'allaitement artificiel.

Il faut utiliser un lait maternisé spécialement formulé pour les chiennes qu'il faudra réhydrater avec de l'eau en bouteille à faire bouillir, puis refroidir. L'administration au biberon semble la plus sûre et la plus courante. Vous pouvez aussi utiliser un piston pour seringue qui peut se révéler plus efficace, mais à la contenance réduite par rapport au biberon, donc qui nécessitera de nombreuses manipulations après le 8ème ou 10ème jour...

Parfois il est nécessaire d'intuber.

Il faut parfois suppléer la mère, en cas de portée importante par exemple, ou même la remplacer. Si les chiots tètent correctement, l'administration au biberon comme ci-dessus, ou avec un piston de seringue, est la méthode la plus sûre. Si des chiots ont des difficultés de déglutition ou refusent de téter, l'intubation peut être tentée.

Attention: Un chiot peut refuser de manger parce qu'il a froid. Il convient tout d'abord de le réchauffer. Seulement ensuite vous tenterez l'intubation. On relie un petit tuyau en plastique ou caoutchouc souple à un piston de seringue. Il faut vérifier la longueur du tuyau à rentrer dans l'oesophage en le plaçant le long du corps du chiot, jusqu'à la dernière côte. On introduit alors ce tuyau lentement par la bouche, sans forcer, le chiot étant tenu horizontalement, la tête dans le prolongement du corps. Quelques gouttes de lait tiède peuvent servir de lubrifiant. Le contenu de la seringue est ensuite injecté lentement. Il ne faut pas dépasser le contenu que l'estomac est capable de recevoir. Une bonne méthode pour doser la quantité de lait à donner en une fois est de savoir que le volume de l'estomac ne représente que 5% du poids du chiot. Un chiot de 300 grammes ne pourra donc ingérer en une fois que 15 ml de lait. Opération à renouveler 8 fois chez un très jeune chiot, puis 6 fois entre le 3ème et le 7ème jour, 5 fois ensuite.

Cette méthode est toutefois très technique et demande un savoir-faire évident. Il faut donc l'utiliser en ultime recours et demander les conseils et une démonstration à votre vétérinaire

Si les chiots sont orphelins, vous devrez également stimuler pendant les 3 premières semaines la zone périnéale des chiots avec un linge, ou du coton (ou même avec votre doigt), tiède et humide, pour leur permettre d'uriner et de déféquer. Il faudra le faire systématiquement après chaque repas, soit 6 à 8 fois par jour au début. C'est ce que fait la mère lorsqu'elle lèche méthodiquement ses bébés à chaque tétée (voir plus bas une photo d'un chiot urinant suite à la stimulation de sa mère).

Le lait toxique.

Lorsqu'une chienne héberge des bactéries, à la suite d'une mammite chronique, ou de la rétention d'un foetus ou d'un placenta après la mise bas, des germes ou des toxines peuvent passer dans le lait et être ingérés par les chiots. Au bout de quelques jours, ceux-ci vont crier, ne plus téter, et peuvent présenter une diarrhée ou une inflammation de l'anus, et rapidement mourir. Il faut sans délai les séparer de leur mère et les nourrir au biberon. Le suivi très régulier de leur courbe de poids est un élément important pour détecter très tôt ce genre de problème. La courbe ne progressant plus, associée ou non aux autres symptômes, étant un facteur d'alarme évident pour l'éleveur. Le vétérinaire pourra ensuite confirmer, ou infirmer, la toxicité du lait.

L'hygiène des petits:

Les chiots sont incapables de faire naturellement leurs besoins pendant les 2 ou 3 premières semaines de la vie. C'est leur mère, en leur léchant la zone périnéale, qui exerce un massage et une stimulation des intestins qui vont les pousser à déféquer et uriner. Si les chiots sont orphelins, l'éleveur devra remplacer le maternage en assurant lui-même cette stimulation à l'aide d'un linge tiédi et humidifié.

Le cordon ombilical sèche et tombe au bout de quelques jours. Un cordon ombilical mal désinfecté peut s'infecter. Il devient congestionné dans les jours qui suivent la naissance (omphalite). Celle-ci peut dégénérer en péritonite (infection abdominale). Il ne faut donc pas considérer une telle infection, si elle survient, à la légère. Le vétérinaire devra administrer des antibiotiques par voie intra-peritonéale.

Les principales étapes de l'activité des chiots les 10 premiers jours manger et dormir, pour l’hygiène, c’est la mère qui lèche la zone périnéalede chaque chiot….

Ouverture des yeux: vers le 11 ou 12ème jours en moyenne.

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site